Lettre de Jacques Nikonoff aux adhérents d’Attac

Publié le vendredi  6 octobre 2006

popularité : 5%

J’ai décidé de ne pas être candidat à l’élection du prochain Conseil d’administration. En voici les raisons :

Le 5 septembre dernier, dans un texte intitulé « Electrochoc », j’appelais au retrait de tous les dirigeants de l’association ayant participé aux affrontements de ces dernières années afin de trouver une issue à la crise qui est en train d’anéantir Attac. C’est en effet au sein des instances dirigeantes de l’association - Conseil d’administration, Collège des fondateurs, Conseil scientifique - que sont nées toutes les crises qui ont secoué l’association, la dernière étant l’incapacité collective à organiser correctement les élections créant les conditions de la fraude qui a suivi. Ces dirigeants doivent donc se retirer et permettre la promotion de nouveaux responsables qui seuls pourront nous insuffler vigueur et espoir. Il faut donner de nouvelles forces propulsives à l’association.

Sortir de la crise passe nécessairement par le retrait immédiat des animateurs de ces trois instances et leur engagement à ne pas se présenter aux prochaines élections du CA. Il ne s’agit aucunement d’une sanction individuelle contre tel ou telle, mais d’un acte de courage et de responsabilité. Si ces différents retraits volontaires ne devaient pas intervenir dans les prochains jours, ce sont les adhérents, lors de l’élection de décembre, qui devront en tirer toutes les conséquences. L’apaisement et la sortie de la crise ne pourront alors s’envisager qu’en votant NON à la liste des fondateurs (j’ajoute qu’il ne s’agit pas de rejeter les fondateurs mais de sortir leurs représentants des jeux de pouvoirs dans lesquels la majorité d’entre eux a entraîné Attac). Il faudra également « sortir les sortants », c’est-à-dire les candidats sollicitant un troisième ou quatrième mandat, ainsi que tous les candidats qui auront, au fil du temps, par leurs propos et comportements, jeté constamment de l’huile sur le feu comme, par exemple, les animateurs du Conseil scientifique qui se porteraient candidats au CA.

Dans ma déclaration du 29 septembre je rappelais qu’il n’était pas dans mes habitudes de me défausser et que j’assumais toute la responsabilité de la situation tragique dans laquelle se trouvait Attac. C’est la raison pour laquelle je vais au bout de ce que me dicte ma conscience, en ne sollicitant pas un nouveau mandat au Conseil d’administration. J’espère simplement que l’on se souviendra aussi, dans mon bilan, de ce que je considère comme étant les deux points marquants de ma présidence : les débuts de la démocratisation d’Attac et la victoire du 29 mai lors du référendum sur le TCE.

Attac, ses adhérents et ses Comités locaux pourront toujours compter sur moi.

Jacques Nikonoff,

Le 6 octobre 2006.


Commentaires

vendredi 6 octobre 2006 à 14h20

Bonjour

Jacques Nikonoff jette enfin l’éponge après s’être accroché à la barre pendant plusieurs semaines…. Après que d’autres avant lui ai annoncé leur désistement aux prochaines élections…..

On peut facilement imaginer que sans la formidable levée de bouclier des adhérents suite à l’inimaginable Jacques Nikonoff aurait gardé le pouvoir….

Non content de jouer la carte du grand seigneur (et moralisateur en plus…) qui se retire pour le bien de tous, Jacques Nikonoff demande maintenant , en mauvais perdant, le désistement collectif de ces adversaires. C’est un peu fort NON !?

Agenda

<<

2018

 

<<

Octobre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois