Déclaration de Matthieu Laurent, candidat au CA d’Attac France

Publié le mardi  21 novembre 2006

popularité : 4%

Déclaration de Matthieu Laurent, candidat au Conseil d’administration d’Attac France.

J’ai le devoir de vous informer que je me désolidarise du groupe qui s’est constitué autour de Jacques Nikonoff. Je retire ma signature du texte d’orientation « Avenir d’Attac : pour une Attac de deuxième génération ».

A partir du moment où un certain nombre de candidats signataires du texte « Avenir d’Attac » refusent de répondre sur l’honneur aux deux questions posées, dans un premier temps par Alain Lecourieux, puis par le Conseil d’administration d’Attac, il y a rupture de confiance. Plus grave encore, après des semaines de gesticulation, il est permis de douter de la véracité de plusieurs déclarations sur l’honneur. Je ne peux pas croire que Jacques Nikonoff et Bernard Cassen n’ont rien à dire aux adhérents sur la fraude.

La présence de fraudeurs dans le futur Conseil d’administration serait fatidique au redressement d’Attac et représenterait une nouvelle forfaiture pour la République de la vertu.

Vous trouverez ci-dessous ma profession de foi et mes deux déclarations sur l’honneur qui constituent mes seuls engagements dans cette élection. Je suis donc un candidat libre et indépendant des quatre textes d’orientation.

Cordialement

Matthieu Laurent


Profession de foi

Matthieu Laurent

25 ans

Elu au C.A national en juin 2006

Etudiant-chercheur en histoire.

Elu en juin 2006 au CA d’Attac France, membre du Bureau de juin à septembre. Démissionnaire suite à la preuve de la fraude, le CA devenant de fait illégitime. Membre du CA du comité local Attac 78 sud.

Cofondateur du groupe Attac Campus à l’Université de Versailles St-Quentin.

Cofondateur du site Prospectives destiné à faciliter la circulation de textes essentiels à la définition des questions politiques contemporaines. ( www.prospectives.info)

En 2002, j’ai franchi pour la première fois la porte d’une organisation. C’était Attac. La volonté de participer à la construction d’un outil efficace rassemblant des citoyens de tout horizon pour en découdre avec la fatalité a été plus forte que la méfiance à l’égard du militantisme, inculquée à ma génération par les thuriféraires de l’ordre établi.

La fraude, ultime coup de semonce sur l’état de la démocratie dans Attac, et la réconciliation qu’elle implique, nous force à tout remettre à plat. C’est parce que la question du pouvoir est cruciale pour un mouvement d’émancipation qu’il ne faudra pas l’évacuer. Ma courte expérience au CA m’a renforcé dans l’idée qu’il signifie la prise de responsabilités. J’ai l’espoir que la réforme des statuts démocratisera en profondeur Attac. Pour cela deux conditions : systématiser les contrepouvoirs et clarifier notre relation aux fondateurs sans céder à la tentation de l’isolement.

Je m’engagerais dans ce CA à agir pour installer au centre de la société notre Manifeste 2007. Attac peut ouvrir une séquence d’une intensité démocratique exceptionnelle, à condition de marquer une indépendance sans faille à l’égard du champ partidaire et d’avoir le courage de porter à l’extérieur ce qui fait débat dans l’association. Je suis persuadé qu’Attac se revitalisera par l’apport des citoyens actuellement non convaincus, des sans grades de la contestation.

Considérant qu’Attac souffre faute de ne pas avoir assez débattu sur son fonctionnement et sur les grandes questions politiques (immigration, alternatives au libre-échange, laïcité, avenir de l’Europe…), je participerai à toute action ou réflexion en ce sens.

Je souhaite contribuer au développement de nos propres médias car l’expérience a montré à quel point nous sommes facilement récupérables et neutralisables.

Ne perdons pas de vue l’objectif originel d’Attac : « que les citoyens se réapproprient les espaces perdus par la démocratie au profit de la sphère financière ».


Déclaration sur l’honneur faite le 23 octobre 2006, en réponse à la lettre ouverte d’Alain Lecourieux du 22 octobre 2006.

J’ai décidé de répondre aux deux questions posées par Alain Lecourieux dans sa lettre ouverte qui jette le voile de la suspicion sur ses destinataires. Cette démarche non pas pour avoir une quelconque protection de la justice mais par le devoir qui m’est conféré en tant qu’élu (démissionnaire) de rendre des comptes aux adhérents.

Pour la première, sur l’honneur, je ne sais pas et ne suis pas témoin. Quant à la seconde : sur l’honneur, je n’ai pas pénétré dans les locaux du siège entre le mardi 13 juin 2006 à 23 h et le mercredi 14 juin à 7 h.

Cordialement

Matthieu Laurent

PS : Je me réserve la possibilité, dans un second temps, de discuter de la méthode et de l’arbitrage dans les destinataires de cette lettre effectué par Alain Lecourieux.


Déclaration sur l’honneur adressée aux deux mandataires légaux d’Attac, le 10 novembre 2006.

Je soussigné M Laurent Matthieu, né le 4 septembre 1981, habitant au 6 rue Alsace Lorraine, 78 690 les Essarts le Roi, déclare sur l’honneur que mes réponses aux questions suivantes sont sincères, exactes et complètes.

Sur l’honneur, mes réponses ne comportent aucune falsification, aucun fait matériellement inexact, aucun fait omis, aucun ajout de faits non attestés.

Sur l’honneur, et conscient que j’engage ma réputation, que j’engage ma dignité de citoyen, que j’engage mon attachement aux principes universels de la République.

Voici mes réponses aux deux questions suivantes :

1. Savez-vous ou êtes-vous témoin qu’un groupe de plusieurs personnes a pénétré dans les locaux du siège d’Attac entre le mardi 13 juin 2006 à 23 h et le mercredi 14 juin à 7 h ?

NON

2. Avez-vous, vous-même, pénétré dans les locaux du siège d’Attac durant la période indiquée dans la question 1 ? Si oui, qu’y avez-vous fait ?

NON

Fait à Rambouillet

Le 10 novembre 2006

Matthieu Laurent


Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Juin

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois