Putain d’usine

un film de Rémy Ricordeau et Alain Pitten, 2007, 52 min
Publié le lundi  19 mai 2008

popularité : 24%

Mardi 20 mai à 19h30

Paris, Maison des Métallos, 94, rue Jean-Pierre Timbaud / M° Couronnes

(…)

« Tous les jours pareils. J’arrive au boulot (…) et ça me tombe dessus, comme une vague de désespoir, comme un suicide, comme une petite mort, comme la brûlure de la balle sur la tempe. Un travail trop connu, une salle de contrôle écrasée sous les néons - et des collègues que, certains jours, on n’a pas envie de retrouver. (…) On fait avec, mais on ne s’habitue pas. Je dis « on » et pas « je » parce que je ne suis pas seul à avoir cet état d’esprit : on en est tous là. On en arrive à souhaiter que la boîte ferme. Oui, qu’elle délocalise, qu’elle restructure, qu’elle augmente sa productivité, qu’elle baisse ses coûts fixes. Arrêter, quoi. Qu’il n’y ait plus ce travail, qu’on soit libres. Libres, mais avec d’autres soucis. On sait que ça va arriver, on s’y attend. Comme pour le textile, les fonderies… un jour, l’industrie chimique lourde n’aura plus droit de cité en Europe. Personne ne parle de ce malaise qui touche les ouvriers qui ont dépassé la quarantaine et qui ne sont plus motivés par un travail trop longtemps fait, trop longtemps subi. Qu’il a fallu garder parce qu’il y avait la crise, le chômage, et qu’il fallait se satisfaire d’avoir ce fameux emploi, garantie pour pouvoir continuer à consommer à défaut de vivre. Personne n’en parle. Pas porteur. Les syndicats le cachent, les patrons en profitent, les sociologues d’entreprise ne s’y intéressent pas : les prolos ne sont pas vendeurs… »

Putain d’usine est d’abord un livre, le récit par Jean-Pierre Levaray du quotidien d’un ouvrier : son quotidien, puisqu’il bosse depuis 1973 dans une usine de produits chimiques. Inspirés par ce récit, Ricordeau et Pitten en ont fait un film, où l’on découvre que la classe ouvrière vit encore…
Putain d’usine, Marseille, Agone, 2005, 8 euros.

On en débattra avec l’un des réalisateurs, Rémy Ricordeau, et Ian Dufour, juriste du travail.

Mardi 20 mai à 19h30

Maison des Métallos, 94 rue Jean-Pierre Timbaud / M° Couronnes


Commentaires

Logo de Denys PININGRE
lundi 26 mai 2008 à 09h39 - par  Denys PININGRE

Je trouve excellente cette initiative de montrer des films dans ce cadre, je me demande juste quand on va le faire avec mon film « L’ASSIETTE SALE », qui passe dans plein d’endroits à l’initiative d’associations de la société civile, qui a été soutenu par de nombreux comités locaux d’Attac et la Conf’, parmi plein d’autres soutiens, et qui suscite à chaque projection des débats d’une immense richesse… Pour s’en rendre compte, il y a une projection au Cin’Hoche à Bagnolet le lundi 2 juin à 20h30, venez voir, nous nous y rencontrerons… Et pour en savoir un peu sur le film, suffit de suivre le lien ci-dessous… alors, à bientôt ?
Cordialement
Denys Piningre

Agenda

<<

2018

 

<<

Août

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois