Une taxe sur la finance pour faire passer la pilule de l’austérité

Publié le jeudi  18 août 2011

par  Faugeron Daniel
popularité : 27%

Angela Merkel et Nicolas Sarkozy ont annoncé « une proposition commune de taxe sur les transactions financières afin de contribuer à la réflexion engagée par la Commission européenne ». Que tous les responsables politiques reprennent une proposition que nous portons depuis 12 ans est une victoire des idées d’Attac. Mais depuis deux ans les effets d’annonce se sont multipliés sans déboucher sur autre chose que des « propositions » et des « réflexions ». Cette taxe doit être appliquée le plus vite possible, avec tous les pays volontaires, sans attendre une hypothétique acceptation de tous.

Tout dépendra des modalités concrètes de cette taxe. Pour contrer réellement la spéculation et mettre à contribution la finance, il faut appliquer une taxe d’au moins 0,1% sur l’ensemble des transactions financières et bien entendu la rendre obligatoire. Tout dépendra aussi de l’utilisation faite du produit de la taxe : si celui-ci n’est utilisé que pour renflouer les déficits et sauver une nouvelle fois les banques sans contrepartie, l’efficacité sera nulle. Au contraire, le produit doit aller vers des services et investissements publics, visant le partage des richesses et la reconversion écologique. Il doit aussi servir à la solidarité Nord-Sud, pour faire face à l’explosion de la pauvreté et aux besoins de la lutte contre le réchauffement climatique.

Pendant que les gouvernants dissertent sur la taxe Tobin, ils font passer le rouleau compresseur de l’austérité. Mais les dettes publiques et la crise de l’euro, loin de résulter d’un excès de dépenses, proviennent de la crise financière et des cadeaux fiscaux consentis depuis vingt ans aux privilégiés. Sarkozy et Merkel jouent la vertu alors qu’ils sont totalement responsables de la situation. Ils scellent aujourd’hui une alliance de combat contre les populations pour forcer tous les États-membres de la zone euro à introduire dans leurs Constitutions la « règle d’or », autrement dit un véritable carcan budgétaire.

La menace pèse sur les droits sociaux et sur les services publics. C’est aussi une menace contre la démocratie : une réforme constitutionnelle imposée par les marchés financiers, un renforcement inédit des pouvoirs de la Commission européenne pour imposer la discipline des marchés aux États, signifient un nouveau recul de la souveraineté populaire en Europe.

Pour Attac France, ces politiques ne peuvent avoir qu’une signification : profiter de la crise de la dette pour détruire l’État social en Europe. Les urgences sociales et écologiques sont sacrifiées à l’appétit insatiable des marchés financiers. Au contraire, nous proposons de réduire la dette en instaurant une politique fiscale fortement redistributive et en progressant vers une harmonisation fiscale en Europe. La dette en France doit être examinée par un comité d’audit citoyen pour en vérifier l’origine et en dénoncer la partie illégitime si nécessaire. Pour s’attaquer à la racine des problèmes il faut enfin désarmer les marchés financiers.

Attac propose à tous ses partenaires la mise en place d’un comité unitaire pour l’audit de la dette française, et appelle à s’opposer avec la plus grande vigueur aux politiques annoncées. Nous répondrons à l’appel des Indignés espagnols le 15 octobre. Nous mobiliserons en novembre, avec tous nos partenaires internationaux, contre le G20 de Nice, pour que la crise soit payée par la finance et pas par les citoyens.


Source : Attac France

Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Août

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
31123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois