Retraites : assez de mensonges !

Publié le dimanche  25 août 2013
Mis à jour le vendredi  20 septembre 2013
par  Attac IDF
popularité : 25%

En France, le gouvernement Hollande‐Ayrault projette une quatrième réforme à l’automne prochain, avec des arguments qui sont de faux prétextes : le poids démographique des retraités, un déficit plus important que prévu des caisses de retraites et l’allongement de l’espérance de vie autorisant à travailler plus longtemps.
Les Comités locaux d’Île-de-France vous invitent à venir vous informer et débattre de ces questions qui, loin d’être techniques et réservées aux experts, méritent un vrai débat de société.

Téléchargez le tract pour avoir la liste des réunions.
(mis à jour le 20 septembre 2013)

DELIGNE-ICONOVOX

Une obsession récurrente anime les gouvernements depuis vingt ans : réformer les retraites. En France, le gouvernement Hollande‐Ayrault projette une quatrième réforme à l’automne prochain, avec des arguments qui sont de faux prétextes : le poids démographique des retraités, un déficit plus important que prévu des caisses de retraites et l’allongement de l’espérance de vie autorisant à travailler plus longtemps. Aussi, l’entrée de plus en plus tardive dans la vie active et les carrières de plus en plus heurtées (particulièrement concernant les femmes) rendront très difficile, voire impossible, la validation de quarante-trois annuités en 2035. Augmenter la durée de cotisation revient en fait à faire baisser le montant des pensions sans oser le dire. Quant à vouloir faire travailler les salariés plus longtemps dans le contexte actuel de chômage, cela revient à préférer entretenir le chômage plutôt que payer des retraites. Maintenir les seniors au travail a pour conséquence essentielle d’empêcher les jeunes d’entrer sur le marché du travail ! Enfin, prolonger la durée d’activité obère le temps dont les salariés disposent pour jouir réellement des meilleures années de retraite.

L’objectif annoncé pour la nouvelle « réforme » est de combler un déficit des régimes de retraites qui serait d’environ 20 milliards en 2020. Mais cette aggravation du déficit est la conséquence directe des politiques d’austérité qui entraînent une montée du chômage… et donc une diminution des cotisations.
En finir avec l’austérité, relancer l’emploi par une réduction du temps de travail et une politique
audacieuse d’investissement en matière sociale et écologique permettrait déjà de résoudre une bonne partie du problème.

La part des retraité‐es augmentant dans la population, il est nécessaire – à moins de vouloir les appauvrir – d’attribuer aux pensions une part plus grande de la richesse créée. Il est ainsi possible de relever progressivement les cotisations patronales en baissant en parallèle les dividendes versés aux actionnaires. Cette mesure n’aurait pas d’impact sur la sacro‐sainte compétitivité des entreprises. Mais – et c’est là que le bât blesse – cela suppose un « choc de répartition » et non un choc de compétitivité.

Les Comités locaux d’Île de France vous invitent à venir vous informer et débattre de ces questions qui, loin d’être techniques et réservées aux experts, méritent un vrai débat de société.
C’est à nous de choisir et de bâtir notre système de retraite, notre société, nos vies !

Les Comités locaux Attac d’Ile-de-France vous invitent à des réunions publiques

Téléchargez le tract pour avoir la liste des réunions.


Documents joints

Tract couleur
Tract Noir et blanc

Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Juillet

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois