Soutien au cinéma Le Méliès

Publié le mercredi  7 novembre 2007

popularité : 5%

Le cinéma municipal Le Méliès de Montreuil (93) est attaqué devant le tribunal administratif par deux grands réseaux d’exploitation cinématographique UGC et MK2.

PDF - 24.9 ko
Méliès Assemblée nationale

Assemblée nationale : question posée par M. Jean-Pierre Brard, député-maire de Montreuil

  • Attac
Le communiqué d’Attac France
    Attac apporte son soutien au cinéma municipal Le Méliès de Montreuil (93), ville où se situe le siège de l’association, attaqué devant le tribunal administratif par deux grands réseaux d’exploitation cinématographique, et appelle plus largement à participer aux mobilisations pour la défense des salles de cinéma indépendantes.
    Lire la suite

Les articles de Libération

L’Humanité , article paru le 22 septembre 2007

 Le cinéma Méliès dans le collimateur d’UG Montreuil.
La salle municipale défend son projet de cinéma.

Le Méliès, à Montreuil, est un cinéma municipal particulièrement actif et innovant. Le succès, public et professionnel, étant au rendez-vous, une extension était prévue, avec un passage de trois à six salles à l’horizon 2010. Las, UGC ne l’entend pas de cette oreille et a décidé d’attaquer devant le tribunal administratif l’avis unanime de la commission
départementale d’équipement cinématographique (CDEC) qui approuvait le projet du Méliès. L’accusation d’UGC est portée en ces termes : « Tarifs anticoncurrentiels et abus de position dominante. » Les responsables du Méliès s’interrogent ainsi : « Qui pourrait croire que
le multiplexe UGC Ciné Cité de Rosny-sous-Bois, troisième cinéma de France, avec environ deux millions trois cent mille entrées par an sur des films exclusivement populaires en version française, soit réellement en concurrence avec le Méliès, ses deux cent mille entrées annuelles dont cent cinquante mille sur des films art et essai ? » De la programmation à
la politique d’animation, tout distingue les deux structures. À l’instar d’autres salles de ce type, le Méliès prend part à de nombreux festivals, organise de véritables échanges entre le public et des réalisateurs invités, et tente chaque semaine de montrer ce que le cinéma propose de meilleur. Le Méliès s’est également fait une spécialité de recevoir
de grands cinéastes internationaux, maîtres du cinéma contemporain chaque fois accueilli par un grand cinéaste français qui lui rend hommage. Ciné-concerts, ciné-goûters, cycles de conférences organisés en partenariat avec la Maison populaire de Montreuil, ciné-conférences avec des études, plan par plan, consacrées aux films du répertoire, remise en question collective des avis de la critique, les initiatives du
Méliès mêlent rigueur et foisonnement. Les ambitions du lieu et de la ville de Montreuil, qui en est propriétaire, puisent là leur légitimité, dans la
diversité des propositions et des publics, dans l’enthousiasme partagé. À ce jour, le Méliès entame une riposte à UGC en soumettant son projet aux distributeurs indépendants, qui tous le défendent. Et aux plus grands cinéastes du monde. Soixante, dont sept récipiendaires de la Palme d’or, ont déjà apporté leur soutien, de Théo Angelopoulos à Pascale Ferran, de Hou Hsiao-Hsien à Abel Ferrara, Cédric Klapisch,
Robert Guédiguian, David Lynch ou Nicolas Philibert.

D. W.


Le Monde , Article paru dans l’édition du 19.09.07.

 UGC en conflit avec des cinémas municipaux

Le groupe UGC est en conflit avec le cinéma Georges-Méliès de Montreuil (Seine-Saint-Denis). Alain Sussfeld, directeur général d’UGC, a déposé un
recours, le 22 juin, devant le tribunal administratif de Cergy-Pontoise pour tenter de bloquer le projet d’extension du cinéma municipal de la ville de Montreuil, dont le nombre de salles devrait passer de trois à six en 2010. L’actuel cinéma devrait fermer au profit d’un ensemble plus grand, intégré à un projet d’urbanisme, en face de l’hôtel de ville.

A la tête d’un multiplexe voisin, à Rosny-sous-Bois, UGC redoute la mise en place de tarifs anticoncurrentiels et un abus de position dominante de
la part du cinéma municipal, qui bénéficie de subventions.

Pour le directeur général du Méliès, Stéphane Goudet, « Montreuil est très sous-équipée en salles de cinéma, avec trois salles seulement pour 100 000 habitants ». Balayant de la main l’hypothèse d’une concurrence
frontale avec UGC, il souligne que 90 % des films programmés sont labélisés art et essai et brandit un texte de soutien d’une soixantaine de cinéastes qui militent pour l’extension du nombre de salles. « Avec
une telle procédure, nous risquons de perdre cinq ans », déplore le directeur du Méliès, un établissement qui, avant de redevenir municipal en 2002, avait un temps appartenu à UGC.

Par ailleurs, UGC est en conflit avec la municipalité de Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis), qui souhaite, selon M. Sussfeld, « ouvrir trois nouvelles salles à 500 mètres de notre multiplexe ». UGC, qui exploite les dix salles de cette ville, a contesté, le 15 juin, devant le tribunal administratif de Cergy-Pontoise, la décision de la commission départementale d’équipement cinématographique d’autoriser l’ouverture, début 2008, du nouveau complexe de trois salles municipales, baptisé Le Bijou.

Nicole Vulser


Documents joints

Pétition Méliès
Invitation Méliès

Commentaires

Navigation

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2018

 

<<

Octobre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois