À propos du Méliès : la position de Dominique Voynet

Publié le lundi  24 décembre 2012

par  Faugeron Daniel
popularité : 17%

A ceux qui se posent des questions sur la crise au Méliès et s’étonnent de mon silence

Ainsi, il se serait trouvé 1000 personnes pour apporter leur soutien, en une semaine à peine, au cinéma Méliès et à son équipe, « attaqués », « jetés en pâture » par une équipe municipale aux arrière-pensées trop limpides : la « privatisation » du cinéma au profit des « grands groupes privés » et la « liquidation d’une équipe » dont « la compétence, l’intégrité et l’honnêteté » ne seraient « plus à prouver ».

Comment peut-on, ne serait-ce qu’une seconde, imaginer que j’aie souhaité ce nouveau conflit ? Et que j’aurais pris le risque de provoquer un nouvel affrontement avec le puissant directeur du cinéma, mobilisant d’un claquement de doigts cinéphiles, palmes d’or, journalistes et militants, si je n’y avais été obligée ? A moins d’un an de l’ouverture des six salles du Nouveau Méliès, qui constitue un immense défi pour la Ville, et alors que la proximité des élections municipales attise les ambitions des uns et des autres, je n’y avais en vérité aucun intérêt.

Certains trouvent mon silence suspect et me pressent de fournir des explications leur permettant de se forger une opinion, pendant que d’autres m’accusent, malgré ce silence, d’avoir jeté les agents « en pâture »…

Loin d’avoir pris ce risque terrible, c’est seulement le 6 décembre, et après qu’un premier tract de la CGT ait diffusé des informations dont on peut penser qu’elles n’avaient pas, à ce stade, à être rendues publiques, que j’ai envoyé un communiqué factuel précisant que, conformément aux obligations qui sont les miennes au titre de l’article 40 du code de procédure pénale, j’avais saisi, le jour même, le procureur de la République des faits dont j’avais eu à connaître.

J’ai choisi depuis de me taire, y compris quand j’ai été confrontée à des attaques sordides de la part d’une association qui m’avait pourtant conviée à une « fête », pour ne pas mettre en péril des agents qui n’avaient peut-être pas, tous, conscience de la gravité des pratiques en cours au Méliès, pour ne pas mettre en péril non plus une enquête qui est loin d’être terminée.

Alertée le 15 novembre de l’existence d’une « caisse noire » — le terme n’est pas de moi, mais a été spontanément utilisé par des agents du cinéma — j’ai demandé à la DGS d’entendre les personnes concernées. Elles ont décrit de façon assez précise le fonctionnement et l’utilisation de la caisse, sans conscience apparente du caractère totalement illégal de la chose, avant de se "ressaisir" et de ne plus fournir qu’une version identique, manifestement mise au point après les premières investigations et… toujours illégale.
Ainsi s’est trouvée confirmé le fait que cette caisse était alimentée par les recettes des « séances non commerciales » et l’existence depuis des années, depuis la municipalisation du cinéma en fait, d’une double billetterie, à la comptabilité inexistante.

« Ca se fait partout ! » clament les défenseurs du cinéma.

Cette affirmation est doublement inexacte.
D’abord parce que toute recette, qu’elle soit issue de séances pour lesquelles il existe un visa distributeur ou de séances programmées hors billetterie CNC, doit être inscrite dans les comptes, qu’il s’agisse d’un cinéma privé, associatif ou municipal ;

Ensuite, parce que notre cinéma étant un cinéma municipal, soumis aux règles de la comptabilité publique, bénéficiant d’une consistante subvention d’équilibre en provenance du budget principal de la ville, il est totalement exclu de considérer que c’est aux agents municipaux de décider eux même de l’utilisation de cet argent public…

Imaginons un seul instant que les maîtres nageurs décident de sortir de leurs comptes une entrée à la piscine sur dix, pour leurs faux frais ou pour leur permettre d’attribuer, de leur seule initiative, des gratuités à des catégories d’usagers particulièrement sympathiques… On n’appellerait pas ça du vol ? Imaginons une seconde que les agents qui perçoivent le montant des consultations médicales de nos CMS n’inscrivent pas dans leurs comptes le produit de toutes les consultations… Que ce soit pour commander des pizzas, ou pour offrir des consultations à d’autres patients, on n’appellerait pas ça du détournement d’argent ? Imaginons que des agents de la ville décident de leur propre chef de ne pas déclarer toutes les recettes de leur service pour se constituer une cagnotte, permettant d’octroyer à tel ou tel le remboursement de ses déplacements en taxi, à tel ou tel autre une avance sur salaire, sans en informer leur hiérarchie et sans en exiger ultérieurement le remboursement… On ne parlerait pas de gestion de fait ?

Revenons au Méliès. Depuis la découverte de la caisse noire, d’autres faits troublants ont été mis en évidence, et d’abord la découverte, dans une armoire et non dans le coffre dédié à l’accueil des recettes, dans l’attente de leur transfert aux Finances publiques, de divers sacs plastiques et enveloppes contenant des centaines et des centaines d’euros, dont on ne trouve pas trace dans la comptabilité du cinéma. A l’issue des premières vérifications, effectuées tant par les services de la Ville que par la Trésorerie de Montreuil à laquelle cet argent a de suite été remis, il existe de sérieuses présomptions sur le fait que cet argent proviendrait, au moins en partie, des séances scolaires. Il sera évidemment nécessaire, dans le cadre de l’enquête, de confronter les comptes du cinéma et ceux des écoles…

Je le redis : certains agents n’avaient sans doute pas conscience du caractère illégal des pratiques en cours au Méliès – il en sera évidemment tenu compte – mais d’autres savaient pertinemment que c’était illégal…

Que dire d’autre ? Que si ce système s’est installé, s’il a perduré si longtemps, c’est d’abord et surtout parce que, pour bien des membres de l’équipe, et pour pas mal de spectateurs, l’idée que le Méliès est un équipement municipal, et un des fleurons du service public local, comme l’est le conservatoire, n’a jamais été vraiment intégrée. Le Méliès est « leur » cinéma, qui reste géré en équipe et en vase clos, chaque intervention des élus ou de la direction de la culture étant vécue comme une forme d’ingérence illégitime.

Comment dire ma stupéfaction devant l’onde de choc provoquée par la crise au Méliès ?
Et devant la compréhension dont font preuve tant de militants, tant de citoyens exigeants envers le système mis en place par les agents du Méliès, ou par des agents du Méliès, pour sortir du budget municipal des sommes consistantes, à seule fin d’en décider seuls ? Et devant cette sorte d’emballement qui conduit à supposer que les intentions des élus seraient forcément sordides, malhonnêtes, à imaginer de suite un complot, une machination… Les élus, tous pourris ? On nous cache tout ? La vérité est ailleurs ?

Non, il n’y a pas de pacte « secret » avec UGC ou MK2 !

Non, je ne veux pas "tuer" la singularité du Méliès, ni le brader aux intérêts marchands

Mais je veux que l’ouverture du Nouveau Méliès soit l’occasion d’attirer au cinéma des publics nouveaux qui vont au cinéma ailleurs ou n’y vont pas du tout !

Non, il n’y a pas de volonté de "se débarrasser" d’un homme talentueux, qui dérange ; j’en veux pour preuve le fait que j’ai renouvelé son contrat à l’issue de la crise que nous avons tenté de surmonter cet été.

Mais je veux savoir comment l’argent du cinéma a été utilisé, par qui et à quelles fins, et ne tolérerai pas que celui qui a assumé les fonctions de directeur pendant dix ans se réfugie derrière ses nouvelles fonctions pour ne pas répondre clairement aux questions qui lui sont posées.

Non, je ne censure pas les films et ne me permets pas d’intervenir dans la vie associative.
Mais je ne peux pas accepter que la « lutte » serve de prétexte à insulter et menacer, verbalement et physiquement, des agents qui ne font que leur travail ou à prendre en otage le fonctionnement normal du cinéma, ce qui a été le cas au moins deux fois en une semaine.

Dominique VOYNET

Le 19 décembre 2012

Liste de diffusion de l’association Montreuil Vraiment.
Pour joindre l’association : mailto:montreuil.vraiment chez yahoo.fr


Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Mai

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
293012345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois